Le port du masque, impitoyable révélateur de la nature humaine (1/3)

Toujours obligatoire à l’intérieur des commerces en France, le port du masque oblige les gérants à contrôler leurs concitoyens, se muant en flic de leur prochain. Nous pouvons envisager cela comme la plus grande expérience jamais menée sur la dilution de la responsabilité. Et tirer des leçons de cet épisode et de ce qu’il nous révèle de nous -mêmes. Explications.

Affiche placardée sur la quasi-totalité des commerces de France.

La scène se déroule dans une station de ski des Pyrénées, le lundi 28 février 2022. Oubliant de mettre un masque -geste que je trouve personnellement chargé d’une symbolique forte et inquiétante-, mes skis à la main, je m’apprête à rendre mon matériel et à récupérer mes chaussures. A travers une vitre de plexiglas, je m’adresse à la gérante, non masquée elle non plus. Je lui règle ce que je dois, et la remercie. C’est alors qu’elle me dit : « Par contre, il faudra penser à mettre votre masque, s’il vous plaît. » Je marmonne un vague « oui« , et son collègue embraye : « Vous pouvez mettre le masque s’il vous plaît ?« . Devant mon expression sans doute parlante (bien que je ne pipe mot), il ajoute ces mots, qu’il pense sans doute chargés de sympathique connivence : « Je sais, c’est lourd, nous aussi on a hâte qu’ILS nous disent de l’enlever« . C’est dit avec gentillesse, mais j’ai un déclic.

Cela faisait des mois que je tournais autour du sujet. Cette phrase a priori banale contient tout ce qui m’a profondément intrigué depuis le début de la crise du Covid.

Pourquoi avons-nous accepté aussi facilement le port d’un masque après nous être vus expliquer par une éphémère porte-parole du gouvernement qu’il était « inutile » et que son utilisation nécessitait « des gestes techniques précis » ?

Pourquoi tenons-nous comme évident le fait de nous dissimuler la moitié du visage dans des conditions rocambolesques (en entrant debout au restaurant, le port du masque est obligatoire ; assis à une table à 50 cm d’une autre, il ne l’est plus) ?

Qu’est-ce qui donne à ce mystérieux « ils » l’extraordinaire pouvoir d’obliger les gens au port du masque ? Et d’ailleurs, qui est vraiment ce « ils » ?

Comment les hommes, êtres de culture par excellence, oublient-t-il aussi massivement que le visage est notre carte d’identité atavique, la première chose que voit notre prochain de nous, la partie de notre corps qui exprime le mieux nos émotions et notre langage non-verbal ?

Toutes ces questions renvoient à plusieurs phénomènes, heureusement connus et étudiés en raison de leurs antécédents historiques et expérimentaux. Nous allons nous pencher sur certains d’entre eux pour développer une thèse qui soit la plus claire possible.

La dilution de responsabilité, qu’est-ce que c’est ?

En psychologie sociale, la dilution de responsabilité (aussi appelée « effet de témoin ») est un phénomène observé de dilution de la responsabilité individuelle au sein d’un groupe. Il a été mis en évidence dans les années 60 par deux chercheurs, John Darley et Bibb Latané. Pour faire simple, ils ont découvert que la probabilité que nous intervenions dans une situation d’urgence est plus faible lorsque nous sommes en groupe. Plus il y a de témoins, moins il est probable que nous agissions ; et nous agissons de toute façon beaucoup moins vite.

Imaginez que vous vous promenez dans une rue fréquentée en ville, quand un homme s’effondre soudain. Vous hésitez à intervenir davantage que si vous étiez seul, pour plusieurs raisons :

  • Pourquoi interviendriez-vous, plutôt qu’un autre ? La foule de la rue constitue ce que vous percevez comme un groupe. La responsabilité de porter assistance à la personne qui s’effondre est diluée, répartie entre chaque personne constituant le groupe.
  • L’appréhension de l’évaluation : vous craignez une évaluation négative de votre intervention par les autres membres du groupe, vous sachant observé. On pourrait imaginer dans notre exemple que la victime est un poivrot habitué des chutes et connu dans le quartier, et que l’on rie de votre sentiment d’urgence alors que la situation est habituelle.
  • Enfin, l’homme est un animal grégaire. L’influence sociale est déterminante. Votre délai de réaction est rallongé car vous observez ce que font les autres pour vérifier que vous avez bien compris la situation. Les gens s’observant les uns les autres, cela crée une inhibition générale.

Ces résultats probants ont été confirmés par d’autres expériences depuis. Si certains biais doivent honnêtement nous pousser à les tempérer, ils ont grandement apporté à la psychologie sociale. Et permettent de comprendre en partie la remarque de l’employé de la boutique de location de skis, et la situation française sur le port du masque.

Quel rapport avec le port du masque ?

En annonçant un port du masque obligatoire, le gouvernement a imité d’autres pays (Asie du Sud-Est ou Italie par exemple) à la même période. Devant le poids du nombre, Macron et consorts ont sans doute estimé que c’était une mesure essentielle de la lutte contre le Covid : on peut y voir un effet de l’influence sociale (après avoir dit le contraire, le gouvernement a finalement imposé le port du masque). Ce n’est pas la seule raison : la judiciarisation extrême de la société a sans doute entraîné la peur de poursuites judiciaires pour mise en danger de la vie d’autrui ; Agnès Buzyn en sait quelque chose. Cela explique aussi la frilosité de notre société et de notre gouvernement. Le principe de précaution est omniprésent, nous ayant fait surréagir à quelque chose qui ressemble davantage à une grippe de saison nouvelle qu’à la peste noire.

Dans ce contexte, quand nous espérons « qu’ILS nous disent » d’enlever le masque, nous nous en remettons de facto totalement à un décideur externe, probablement sans nous en rendre compte, et sans nous poser de questions. Là encore, l’influence sociale est prépondérante : le loueur de skis sait sûrement que tout le monde impose le port de la muselière dans les commerces, et craint sans doute la réprobation sociale (un client apeuré lui faisant la leçon en cas de négligence par exemple).

Quel contraste saisissant entre des individus globalement exaspérés de devoir porter sagement leur bout de tissu en sentant bien qu’il y a quelque chose de pas très naturel ou normal dans cette affaire, et des structures humaines (l’entreprise en premier lieu) au sein desquelles les mêmes remisent ce sentiment par peur de la réprobation sociale ! Sitôt passé le seuil du bureau/du commerce/du bâtiment public, la responsabilité est divisée. Je n’aime pas porter le masque, mais face à une telle masse humaine qui le porte et veille à son port par autrui, que puis-je faire ?

Nous n’avons, semble-t-il, pas réalisé que nous n’étions pas obligés d’être les maillons d’une chaîne inutile et mal huilée. Nous remisons notre jugement sur le masque pour les conversations privées, où nous arborerons un air bravache en fustigeant le gouvernement. Mais en nous fondant sur le comportement d’autrui, nous suspendons ce jugement dès lors que nous sommes en groupe.

Ce qui nous amène à la réponse aux autres questions posées : qui est le « ils » ? D’où tient-il son pouvoir ?

Vous pouvez lire la deuxième et la troisième partie de cet article sur ce blog !

3 réflexions sur « Le port du masque, impitoyable révélateur de la nature humaine (1/3) »

  1. Je ne peux qu’approuver. Je pourrais ajouter que cette mauvaise gestion d’une maladie somme toute banale démontre que la plupart des gens sont de moutons de Panurge, qu’il est trop facile de les emmener en guerre. Le « La France est en guerre » d’Emmanuel Macron est réellement symptomatique. Il n’y a pas que « les gens » qui sont des moutons, mais aussi le Président de la République Française. Cela fait peur. Qui plus est, quelle perte d’argent, de temps, alors que nous avons tant à faire pour les gens en réelle difficulté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *